le Test PCR n’est pas conçu pour détecter COVID19

Le fameux test à l’écouvillon RT PCR n’a pas été conçu pour tester tout le monde ni d’en faire un « test COVID19 ». Le test a été conçu selon son auteur pour faire la différence entre un virus donnant les symptômes proches : la grippe, le Covid-19 et le SRAS présentent des symptômes très similaires. Cependant, les conséquences de l’usage qui a été fait de ce test PCR mènent à des mesures politiques économiques et sociales que nous connaissons…

Le rapport « cormandrostenreview » critique point par point ce test, en citant les points faibles et les erreurs grossières même s’il ne condamne pas toute la méthode, qui rendent ce test selon eux totalement invalide pour différentier le COVID19.  Ce n’est donc pas une critique idéologique. C’est ce qui explique peut-être que personne ne s’intéresse à ce rapport.

Ce rapport a été écrit par un ensemble de généticiens, biologistes, médecins, chercheurs, qui font partie des comités de lecture des publications scientifiques. Tous plus ou moins liés aux labos et à la médecine, ils ne sont pas suspects d’être des complotistes. A noter que les scientifiques ne contestent en rien qu’il y ait eu une épidémie.

Lire cet article m’a permis de mettre en perspective pas mal de choses qui ont l’air incohérentes, qui prennent un autre visage. Ci-dessous quelques extraits traduits, et regroupés, d’où l’effet « haché »., ici les passages les plus critiques. Les curieux iront lire le document détaillé, très intéressant même pour un non-scientifique.

Le lien vers l’article complet en Anglais https://cormandrostenreview.com/report/

https://rimuge.com/2020/12/20/rapport-danalyse-corman-drosten-et-al-eurosurveillance-2020-version-traduite/

******************** EXTRAITS ********************

Les séquences sur lesquelles se base la méthode PCR sont des séquences in silico, fournies par un laboratoire en Chine [23], car au moment du développement du test PCR, aucun matériel de contrôle du CoV-2-SARS infectieux (« vivant ») ou inactivé n’était disponible pour les auteurs. Un test RT-PCR positif indique simplement la présence de molécules d’ARN viral. Le gène E utilisé dans le test RT-PCR, tel que décrit dans le document de Corman-Drosten, n’est pas spécifique au CoV-2 du SRAS.

Concentrations d’amorce : ces concentrations entraînent une augmentation de la liaison non spécifique et de l’amplification des produits de la PCR.

Séquences d’amorces et de sondes : Les variations de conception conduisent inévitablement à des résultats qui ne sont même pas liés à la CoV-2 du SRAS.

Détection de gènes viraux : La RT-PCR n’est pas recommandée (par l’auteur du test lui-même) pour le diagnostic primaire d’une infection. C’est pourquoi le test RT-PCR n’est pas indiqué pour une détection systématique pour la détection de COVID-19 (les tests de masse et systématiques des cas contacts ne sont donc pas recommandés par l’auteur du test). le test ne peut pas faire la distinction entre un virus entier et les fragments viraux.

Températures de réaction : Teneur en GC et Tm : Les erreurs de conception décrites ici sont si graves qu’il est très peu probable qu’une amplification spécifique du matériel génétique du SRAS-CoV-2se produise.

Le nombre de cycles d’amplification : La valeur Ct maximale raisonnablement fiable est de 30 cycles. Au-delà d’un Ct de 35 cycles, il faut s’attendre à une augmentation rapide du nombre de faux positifs. Les données PCR évaluées comme positives après une valeur Ct de 35 cycles ne sont pas du tout fiables. il n’y a pas eu d’isolement réussi du virus du SRAS-CoV-2 à ces valeurs élevées de Ct. Seuls les virus non infectieux (morts) sont détectés avec des valeurs de Ct de 35.

En cas de détection du virus, >35 cycles ne détecte que les signaux qui ne sont pas en corrélation avec le virus infectieux tel que déterminé par l’isolement en culture cellulaire; si une personne est testée par PCR comme étant positive lorsqu’un seuil de 35 cycles ou plus est utilisé (comme c’est le cas dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis), la probabilité que ladite personne soit réellement infectée est inférieure à 3 %, la probabilité que ledit résultat soit un faux positif est de 97 %. 

Le test PCR du papier Corman-Drosten ne contient ni témoin positif unique ni témoin négatif permettant d’exclure la présence d’autres coronavirus

Le test RT-PCR décrit dans le document de Corman-Drosten contient tellement d’erreurs de conception en biologie moléculaire (voir 1-5) qu’il n’est pas possible d’obtenir des résultats non équivoques. Il est inévitable que ce test génère un nombre énorme de « faux positifs ».

Conclusion :Notre conclusion est étayée par le fait que nous avons découvert un nombre considérable de défauts de conception très graves, qui rendent le test PCR totalement inadapté en tant qu’outil de diagnostic pour identifier le virus du SRAS-CoV-2. Tout biologiste moléculaire connaissant la conception de la RT-PCR aurait facilement observé les graves erreurs présentes dans le document de Corman-Drosten avant le processus d’examen proprement dit.

*************************************

Rappels : les coronavirus sont une immense famille de virus, dont certains infectent différents animaux, d’autres l’Homme. ils sont habituellement bénins, à l’origine de rhumes qui guérissent spontanément. On respire entre 70000 et 400000 virus à la minute selon la localisation. Les virus sont beaucoup plus petits que les bactéries, et non sont d’ailleurs pas du tout arrêtés à l’inspir par le masque. Un virus est un parasite, il est inoffensif en lui-même et dépend de ses hôtes.

**********************

Cet article n’a pas fait de bruit simplement car il n’intéresse ni les complotistes ni les pros-pandémie.

L’enseignement principal que j’en tire est que ce test, sur lequel nos dirigeants se basent maintenant pour diriger nos vies, embarque tellement de virus différents, animaux, humains, sans conséquences, inactifs et fragments de virus de toutes sortes, qu’il ne veut rien dire. Et sachant qu’on respire des dizaines de milliers de virus à la minute masque ou pas masque, on n’est pas sortis de l’auberge …

Nous devrions surement, tous ensemble qu’on soit dans la prudence ou pas, réfuter immédiatement et massivement l’assimilation de ce test PCR au covid-19, exiger qu’on recompte les « cas » et les décès non vérifiés par test sanguin. Et les autres tests rapides qui sont basés sur la même (non)spécificité ne doivent pas être validés non plus.

Faire la différence permettrait de ne pas envoyer en « unité covid » des personnes qui ne l’ont pas encore ; de ne pas s’effrayer pour beaucoup de personnes ; de ne pas sur-réagir quand ce n’est pas nécessaire ; de traiter mieux les « vrais » … de faire baisser la tension collective, psychologique, sociale…j’en passe des conséquences positives ! Et cela permettrait, si cependant nous l’exigeons, que les mesures prises soient en corrélation avec une réalité, pas avec 97% de faux-positifs …

Et pour faire la vraie différence, aujourd’hui, c’est un test sanguin ciblant le virus spécifique est le juge de paix.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.