Pourquoi il faut se méfier de la notation des Millésimes

Les guides et magazines spécialisés, les sites internet marchands de vin nous proposent tous des grilles de lecture de qualité des millésimes, avec des étoiles ou des notes sur 20. Cependant, ces notations sont souvent erronées. Pourquoi ? Et pourquoi il est plus malin et joyeux de se faire confiance

*****

Un étalon de climat 

La plupart des grilles de notation des millésimes sont basées sur les notes données aux vins de Bordeaux.

Les autres régions viticoles sont notées en fonction de Bordeaux. Mais le climat et la météo ne sont pas du tout les mêmes, à Bordeaux qu’en Bourgogne ou qu’en Alsace. De plus, les vignobles ont des configurations topographiques totalement différentes. On pourrait aussi préciser que les cépages, différents d’une région à l’autre, nécessitent des conditions climatiques différentes et adaptées. Il est donc absurde de noter tout le monde sur la base du vin de Bordeaux.

Vin de qualité ou de quantité

La notation se fait sur la base de la qualité moyenne du vin moyen, à savoir le vin produit de façon quantitative : le plus de raisin possible sur le pied de vigne, rien d’autre ne compte ! Or ces raisins seront plus sensibles aux maladies, auront un jus plein de flotte, sans arômes. C’est le vin qu’on trouve en supermarché. Pour une année bénéficiant d’une météo « facile », tout le monde aura produit un bon vin, la note générale sera bonne. On note même que certaines années, c’est la météo qui limite les quantités et « oblige » le viticulteur à produire un raisin en moins grand nombre et contenant plus de matière et moins d’eau !

Or, si l’on conduit la vigne dans un objectif qualitatif et non quantitatif, les résultats ne sont pas du tout les mêmes, et une année « compliquée » pour le raisin produit en masse sera parfois excellente pour un raisin cultivé pour sa qualité !

Ainsi, en Alsace (par exemple) l’année 2010 n’a pas produit de bons « vins de supermarché », mais les « vignerons de vin » ont proposé de superbes vins racés, pleins de caractère, d’une grande subtilité.

Et les vignerons de vin d’une autre région parfois même voisine n’auront pas forcément produit des vins exceptionnels en 2010 ! Puisqu’ils n’ont pas le même climat, pas la même météo, pas les mêmes cépages, une vinification différente, etc…

Alsace : Une diversité qui complique la donne

Là où ça se complique, c’est que pour un même vignoble comme l’Alsace, on voit des différences parfois profondes entre les terrains, qui sont très variés ! Différences en fonction de la nature du sol, pentes forte ou nulle, orientations Sud ou Est, en sortie de vallée ou en avancée sur la plaine, etc…

Un « conseil » intéressé

Enfin, on notera que ceux qui nous donnent leurs bons conseils de dégustation, sur la qualité du millésime, sont presque tous plus ou moins impliqués dans des intérêts commerciaux et n’ont pas la parole libre.

Alors  ?

Alors c’est bien plus rigolo de goûter et de faire son tri, on apprend plein de choses passionnantes, on rencontre plein de personnes intéressantes, et puis il faut d’abord suivre ses propres goûts  ! ! !

En conclusion, il ne faut surtout pas donner trop de crédit aux tableaux des qualités des millésimes, et comme toujours il faut déguster avant d’acheter.

 

 

 

 

 

Cet article, publié dans Le goût du vin, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.