Medard Barth der Rebbau des Elsass – La place du vin d’Alsace dans l’économie du Moyen Âge

Cette série de billets est issue de l’ouvrage
« der Rebbau des Elsass » ou « Le vignoble d’Alsace »
de Médard Barth
*****

 L’âge d’or de l’export du vin d’Alsace s’étale du 13ème à la première moitié du 15ème siècle. Résumons ici les conséquences de cette époque dorée pour le vin d’Alsace.

(page 400 +)

Zones d’export

Le vin d’Alsace s’exportait dans toutes les directions, mais pas dans les mêmes proportions. Les volumes à l’export étaient dépendants des moyens de transport. Au Moyen Âge, c’est le transport fluvial qui prévalait nettement, d’où des flux sur le Rhin vers le nord, vers le nord-ouest et le nord-est. Quand on consulte les archives de villes plus lointaines comme Frankfort ou Lubeck, on nomme le vin d’Alsace sous le nom de Rheinwein, mais les vins de Moselle, ou du Rheingau, du Neckar, du Breisgau, ou encore de Franconie ne sont que rarement cités dans les registres commerciaux. On en déduit que le vin d’Alsace s’exportait nettement plus que les vins d’autres régions viticoles de l’Empire. C’est ici un élément important que font remonter des archives des 15ème et 16ème siècles.

Selon de nombreuses sources, le vin d’Alsace avait irrigué tout l’espace de l’actuelle Allemagne, mais aussi les Pays-Bas, l’Angleterre, la Scandinavie, la Finlande, les pays baltes, la Pologne. On en trouve aussi en Espagne… Outre celles citées plus haute, les places d’échanges étaient Trèves, Cologne, Gdansk, Ulm, Nuremberg, Lubeck, Regensburg, Londres et Bruges en moindre mesures…

Les proportions de vin à l’export sont difficiles à estimer car les archives douanières de la ville de Strasbourg, plaque tournante du vin d’Alsace, sont manquantes. Cependant à partir des archives de Colmar, qui était à cette époque un marché local tout comme Ribeauvillé, Bergheim, Turckheim, Riquewihr ou Kaysersberg, on peut estimer que la moitié de la production partait vers l’étranger, ceci au 15ème siècle.

Ce vin rapportait des sommes conséquentes. Selon différentes archives de marchés locaux (donc hormis qui les plaques tournantes qu’étaient Sélestat, Bâle mais surtout Strasbourg),  le vin était quasiment systématiquement la première source de revenus en taxes, et il comptait régulièrement pour le tiers des impôts perçus, et dans certains cas et millésimes rapportait parfois même à lui seul plus de taxes que tous les autres commerces réunis.

Grande expansion du vignoble

Durant les 14 et 15 ème siècles, le vignoble était plus vaste que jamais, on peut estimer qu’il dépassait les 30 000 ha, mais les sources ne permettent pas à Médard Barth de l’affirmer. Ce chiffre est d’ailleurs contesté. Le vignoble s’étendait alors des confins du Sundgau jusqu’à la frontière avec le Palatinat. Evidemment, cette extension appelait une émigration en conséquence, en main d’œuvre et en échanges marchands. C’est ainsi que nombre d’émigrés arrivaient dans une Alsace qui était la région la plus densément peuplée de l’Empire Germanique, et c’est ainsi que populations mais aussi leurs biens affluaient.

Viticulture et monoculture ?

Nous avons aujourd’hui l’idée que les agriculteurs étaient autrefois des polyculteurs, et produisaient du raisin en plus de fruits, en plus de céréales et en plus d’élevage. C’est exact, et la viticulture en tant que mono-agriculture date de la seconde moitié » du 20ème siècle, avec des paysans devenus vignerons sur le tas. Mais Médard Barth déterminait qu’aux 14 et 15ème siècles, les surfaces de vignes et leurs revenus étaient telles que la vigne constituait régulièrement une monoculture, et généralement la culture principale.

Cet article, publié dans Médard Barth, Vin et Histoire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s