Medard Barth der Rebbau des Elsass – Bouteilles et contenants en verre

Cette série de billets est issue de l’ouvrage
« der Rebbau des Elsass » ou « Le vignoble d’Alsace »
de Médard Barth
*****

Toujours dans le chapitre dédié au commerce du vin et à son prestige, page 327, Médard Barth fait un détour par les contenants en verre, dont nous pouvons également constater leur ancienneté dans les oeuvres d’art.

Hans Baldung, sculpture sur bois « der trunkene Silen » On aperçoit une bouteille haute à col étroit comme notre flute du Rhin mais plus harmonieuse, ici entourée à plusieurs reprises de corde.

les Romains connaissaient déjà le contenant en verre. On peut le voir au Musée Archéologique de Strasbourg.

Dans l’Histoire du vin d’Alsace, il faut attendre le 15ème siècle pour trouver des témoignages de contenants en verre. Ce sont notamment les bonbonnes et autres dames-jeannes, de contenances diverses, qui servaient à stocker et servir le vin par les « débitants ».

On apprend également que la bouteille de bordeaux apparut en Alsace vers 1750. Dénommée « Anglaise », cette bouteille était employée depuis longtemps par les anglais pour rapatrier le Porto et le fameux clairet de bordeaux que les anglais et les anglaises adoraient. Elle contenait 71 cl, ce qui donnera ensuite lieu à la fameuse flute du Rhin une contenance de 72 cl, avant que toutes les bouteilles soient harmonisées à 75.

Conclusion du Chapitre

Médard Barth résume le chapitre en rappelant que le vin comptait pour beaucoup dans la riche économie alsacienne exportatrice, et que tous les moyens étaient bons pour faire perdurer sa réputation. Aussi est-il logique que la fraude soit fréquente et autant traquée, et que les vins qu’ils soient nature ou aromatisés, ils soient réglementés ; Mais aussi, le soutien de la philosophie et notamment des humanistes était de bon augure pour ce pan important de l’économie, tout comme les possessions de vigne par des ordres religieux de renommée et souvent étrangers ; Enfin, les contes et légendes, et le recours aux personnages emblématiques de la tradition orale et historique telle celle de Sainte Odile soutenaient aussi les ventes de vin. Enfin, on n’oubliera pas que ce commerce était facilité par la route économique majeure en Europe que constituait le Rhin, l’ill ayant également un rôle important dans cette économie.

Cet article, publié dans Médard Barth, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s