Vendanges 2016 au Domaine Emile Beyer

Ils sont … vivants, humains, vrais, l’avenir leur appartient car ils l’ont pris entre leurs mains, et ils savent partager leur joie de chaque instant … le vin c’est de plus en plus cela pour moi, ces moments de partage, réels, simples et pourtant profonds.

 J’ai eu le plaisir de passer une petite journée à Eguisheim, très joli village où l’on trouve une bande de jeunes vignerons qui aiment leurs vignes, leurs terroirs, et respectent leurs héritages. Et parmi eux Valérie et Christian Beyer du domaine Emile Beyer.

*****

vous trouverez aussi le superbe article de Pierre

http://pierre-radmacher.e-monsite.com/pages/visite-au-domaine-alsace/annee-2016/vendanges-au-domaine-emile-beyer-les-rieslings-du-clos-lucas.html

L’extrémité « Est » du Clos Lucas. Là haut les Drei Exa veillent sur le vignoble

 

Dieu que c’est bon de trouver chez les vignerons ces qualités humaines qui manquent tant à notre monde standardisé, normalisé, stéréotypé ! … enfin, surtout un monde où être humain ne veut surtout rien dire ! … bref

J’avais croisé les Beyer et nous avions parlé d’une petite virée chez eux pendant les vendanges. Ensuite j’ai réussi à placer une journée de RTT, et hop je téléphone à Eguisheim et nous convenons d’un créneau pour le lendemain. Ah ben justement Pierre un grand blogueur devant l’Eternel sera présent également ! Ça promet !

longues ombres du petit matin, l’équipe de vendangeurs se prépare

 

Ce matin donc, le réveil sonnait à 5h30 pour être fin prêt à Eguisheim, rdv au chai à 7h30. Avec Pierre retrouvons là Christian et Valérie Beyer, et une équipe de vendangeurs dont quelques jolies filles, ce qui ne gâche rien, il fait beau il va faire chaud  🙂

Direction les rangées du Clos Lucas, planté en Riesling sur des sélections massales de provenances diverses et sélectionnées ;

Le mildiou a ici comme chez les autres « bios » fait des dégâts, à savoir des grappes plus petites et surtout des baies qui ne se sont pas développées correctement. Mais le soleil d’Août et de Septembre (le même) a tout asséché, il n’y a ni pourriture ni manque de maturité, les jus sont superbes : des sucres croquants, une belle acidité, des peaux parfaites, et des pépins … mûrs !!!

En parcourant le vignoble on constatera à priori de grandes différences chez les « conventionnels », avec des charges parfois très fortes et des raisins qui seront pour certains mûrs d’ici à … noël ??? …

 

Les vendangeurs sont répartis à raison d’une fille et d’un garçon en alternance, pour éviter les chocs de fessiers intempestifs et gênants (pour qui ?) et puis ça crée un joli équilibre des énergies, des pôles et des hormones 🙂

 

Avec mon entorse au pied je n’allais pas très vite, et puis surtout je ne suis pas un vendangeur efficace, je regarde bien chaque grappe avant de la poser délicatement dans le seau …  avec Pierre on est en doublon dans une rangée, et on ne s’ennuie jamais avec cet insatiable raconteur d’histoires et ses 30 ans de passion des vins au compteur ! … Les agences de comm nous inventent du storytelling depuis leurs bureaux, eh bien en voilà un qui ne raconte pas des cracks ! A tel point que le vendangeur de la rangée d’à côté – qui à lui seul allait plus vite que Pierre et ma pomme réunis – a ralenti le geste pour mieux écouter Pierre raconter ses virées chez des potes vignerons en Beaujolais, en Bourgogne, dans le Roussillon etc… passionnant en effet, et comme d’habitude !

un grand blogueur au boulot !

10h00 ! sonne l’heure de la pause ! on pose le sécateur ! non y’a pas ni nouilles ni de contrepèterie … oui Monsieur, on finissait une rangée et un secteur, et il était 10h00 pile ! On est en Alsace Monsieur, on n’est pas dans le Grand Est ! …

Ensuite l’équipe se remet au boulot jusqu’à midi, quand sonne l’heure d’un déjeuner campagnard au pied de la parcelle du Clos Lucas, sous un soleil généreux y’a pire comme endroit, accompagné de quelques flacons servis par le maître de la maison.

Clos Lucas au petit matin

Voilà pour le début de cette journée ! … en fait, ces « gens » sont constamment à la recherche de l’excellence, et pourtant ils trimballent partout, dans tous leurs gestes, un amour du travail bien fait, une sincérité dans la recherche de l’excellence. Cette sincérité devient une denrée rare dans tous les domaines qui sont de haute qualité … ou pseudo auto dénommés comme tels !

On nous bassine du matin au soir de slogans qualitatifs qui mettent l’excellence à tellement de sauces surfaites et pré-mâchées qu’à la fin on en dégueule de standards, de références, et on constate que plus personne ne connaît rien, et que tout est traité selon le premier niveau de connaissance …

J’ai juste et simplement beaucoup aimé cette implication profonde des Beyer dans leurs valeurs humaines ! C’est un choix de vie et c’est une très belle aventure, bien plus enrichissante que ce que beaucoup pensent chercher dans le bien-être mais qui en fait cherchent le bien-posséder ! Ici comme chez d’autres amis dans le vignoble ou ailleurs, la vraie vie n’est pas une chimère qu’on achète pour une heure chez un professionnel du « bien-être », mais on cultive les (beaucoup de) petits et grands bonheurs dans l’instant présent qu’on vit avec simplicité et sincérité au quotidien ! Du coup, c’est facile d’être positif ! Merci à Valérie et Christian Beyer, à Pierre et à toute l’équipe des vendangeurs 2016 !

vous trouverez le

Domaine Emile Beyer

7 Place du Château Saint-Léon, 68420 Eguisheim

emile-beyer.fr

 

Cet article, publié dans Vignerons Alsaciens, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vendanges 2016 au Domaine Emile Beyer

  1. christian dit :

    Quoi de mieux que le clos Lucas Beyer pour honorer ton patronyme ! Une belle équipe en effet cette année, jeune, sympa, dynamique et quelques jolies vendangeuses qui ne t’ont pas échappées ! Un domaine c’est toute l’année et avant tout un travail d’équipe, quand elle s’agrandit aux vendanges on souhaite garder ce même « patte maison ».
    Pour Anne Claude Leflaive l’état d’esprit positif des vendangeurs ne pouvait être que bénéfique aux raisins et donc au futur vin, en tout cas ce qui est sûr que bosser avec une équipe efficace dans la bonne humeur c’est bien plus sympa pour le vigneron !
    Bis Boll
    Christian

    J'aime

  2. georges dit :

    Je suppose que c’était un vraiment un bon moment ? Bravo à toute l’équipe !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s