Rhône Septentrional, déjeuner-dégustation à Strasbourg

Olivier nous avait concocté une belle table pour ce premier déjeuner-dégustation de notre groupe en formation, autour d’une région viticole du Rhône Nord que nous apprécions tous…

voir aussi le compte-rendu du maître de séance

http://www.dailywines.fr/index.php?post/2015/09/05/Repas-D%C3%A9gustation-Rh%C3%B4ne-Septentrionale

Nous avions déjà commencé les sorties dans le vignoble, auprès des Domaines Boeckel, et Gresser, et bientôt Weinbach et Bott-Geyl. Nous entamions, avec la rentrée, ce premier déjeuner-dégustation, en attendant d’ajouter les dégustations pures (il reste des places !).

Le parti-prit est de dire que les beaux vins se boivent à table et en bonne compagnie. Le vin est depuis des millénaires le trait d’union de la convivialité du repas, un moment de partage, je ne parle pas des soupers qui manquent de pain où les calories sont comptées et avalés en cinq minutes sur un fond de mauvaises nouvelles récitées par la radio …

Les vins doivent s’accorder avec des plats simples qu’on peut faire chez soi, et ils doivent sublimer le plat et ne doivent pas être l’élément qui mouille un plat trop sec, même s’il est servi par une cantinière qui propose un vin bien seyant, en donnant un petit coup dans le nez à la fin d’une journée stressante. Dans ce cas, se pencher sur ses choix de vie et non sur la bouteille, svp…

Une recherche à l’autre bout du monde est inutile, le constat c’est que les plats de terroir Français sont parfaitement adaptés au vin.

*****

Mise en bouche : Crémant d’Alsace Brut Blanc de Noirs Louis Sipp (Alsace)

Plus rosé que d’habitude, voilà un Crémant typé qui n’a rien d’un crémant rosé, avec ses notes de vin abouti sur une bulle qui mériterait deux ans de lattes de plus, tant ce vin rempli bien la bouche. Il ferait le repas à lui seul. BIEN++

*****

Blancs du Rhône Septentrional

et Salade de magret de canard à la mâche au balsamique

 

Croze Hermitage David Reynaud Aux bêtises 2012

non noté, bouchonné

St Joseph E Guigual 2010 C’est bien foutu, classique, mais un peu chaud. Bien

Hermitage Chant-Allouette 2005 M Chapoutier Un nez de fruits mûrs, une bouche sèche et une très belle longueur qui prolonge un développement élégant. Un peu chaud tout de même. BIEN++

Plus le temps passe et plus je me dis que le vin blanc est comme écrasé par l’alcool. On va me dire que je suis coincé dans mes papilles, mais je ne suis pas seul à réagir ainsi à l’augmentation de l’alcool dans le vin. Je trouve que la fausse amertume que l’alcool produit est désagréable, et qu’il couvre l’expression du vin.

Le magret fumé et la mâche sont une bonne idée pour accompagner ces vins, d’autant que le vinaigre balsamique permet de ne pas vinaigrer le palais. Très bon choix.

***

Rouges du Rhône Septentrional

et Blanquette de veau et spätzle

St Joseph – 2010 -Laurent Betton Beau nez de cuir puis de fruits noirs, la bouche est de puissance moyenne, le milieu de bouche est mûr. BIEN

Croze Hermitage – 2009 -M Chapoutier Nez sur la Cerise, bouche un peu légère BIEN

3 Côte Rôtie B Levet – 2005 – 2001 – 1994 : le hasard de nos contributions a mené à cette trilogie de Côte Rôtie Levet bien connue des amateurs. Les trois vins expriment trois facettes totalement différentes, on ne retrouve aucun dénominateur commun. Le 1994 était sur la pente descendante même si pas encore mort, et pour les deux autres chacun trouvera une préférence,

Le 2005 est le plus aérien des deux, sur des notes d’herbes aromatiques et très belle structure, TRES BIEN

le 2001 est plus animal avec une bouche donnant sur un développement long et très élégant, plus masculin encore. TRES BIEN

 

Cornas Champelrose 2013 – Domaine Courbis Belle surprise pour ce seule Cornas de la série, Champelrose conserve toujours une trame plus délicate que d’autres Cornas, sur un fruit mûr et une Syrah très bien présente. TRES BIEN

Hermitage Cuvée Emilie 2006 – Domaine des Remizieres

Le plus puissant et le plus tannique vin de la série, judicieusement placé en dernier pour sa structure racée. BIEN+

*****

Le choix de la blanquette est souvent, très souvent logique, car ce plat très Français s’accorde de beaucoup de vins. une sorte de passe-partout qui en plus de ça est bon !

*****

Tarte aux mirabelles

Gewurtzraminer Vendanges Tardives 2007 – Frédéric Mochel

2007 était la dernière (franche) année à Botrytis en Alsace. Avec l’âge le cépage se fond enfin, et voici enfin la matière et la salinité qui s’empare de sur ce superbe vin. Le cépage domine trop souvent les V.T. et c’est pour ça que le Riesling est le meilleur allié d’une vendange tardive.

La tarte aux mirabelles était faite d’une pâte sablée au Kirsch, excellente ! L’accord entre ce vin et cette tarte était un accord majeur, une alchimie des papilles comme on en rencontre rarement, à se taper le humpf par terre ! C’est rare d’apprécier un bel accord met et vin à ce moment du repas, car habituellement les papilles sont saturées.

*****

Merci infiniment à Olivier d’avoir préparé un si beau moment de partage, pour sa générosité et sa tarte aux mirabelles ! le vin est définitivement plaisir et le plaisir, ça se partage.

Cet article, publié dans Accords Met et Vin, Dégustation hors Alsace, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s