(F) Vin Art et Histoire : Moyen-Âge et Renaissance

Cette série d’articles m’a été inspirée par un joli livre « le Vin dans l’Art » de Montserrat Miret, publié chez Glénat en 2005

****

Le Moyen-Âge nous laisse des représentations des travaux de la vigne, pour lesquels on n’a pas besoin d’attendre la Renaissance, et celles du partage du vin, banquets et festivités.

Au moyen age, la viticulture actuelle acquit vraiment ses fondements via le travail colossal des moines, cisterciens notamment.

L’agronomie prit toute sa place, les calendriers étaient connus, suivis. La climatologie et l’astronomie faisaient pleinement partie de la viticulture.

Aujourd’hui, on utilise à nouveau et peu à peu, on pense notamment à la bio-dynamie, ces sciences dont certaines nous paraissent occultes parce qu’on ne les comprend pas…ce qui ne présume pas de leur (in)efficacité.

Le Moyen Âge se fait le témoin des progrès de qualité du vin. Alors que les vins de l’Antiquité étaient coupés d’eau et agrémentés d’herbes et d’aromates, le vin sous la forme que nous le consommons aujourd’hui, apparaît probablement au Moyen Âge, aux côtés du vin qui sert à couper l’eau pour la rendre potable.

En 800, Charlemagne prend des mesures pour améliorer la qualité du vin dans une ordonnance qui stipule : « Que nos intendants se chargent de nos vignes qui relèvent de leur ministère, et les fassent bien travailler, qu’ils mettent le vin dans une bonne vaisselle et qu’ils prennent toutes les précautions pour qu’il ne soit gâté d’aucune manière. » Mais les véritables dépositaires de la qualité sont les moines qui perpétuent la tradition viti-vinicole. Les cathédrales, et abbayes étant propriétaires des vignobles, sous couvert de l’activité du « vin de messe », les moines gèrent de nombreux vignobles monastiques, contribuant ainsi à la création de vignobles de qualité existant encore aujourd’hui.

Ils établirent des réglements qui nous sont parvenus du moins dans l’idée, et certaines confréries viniques puisent leurs origines dans cette époque … plus glorieuse qu’on ne veut la considérer.

Le vin de Bourgogne bien entendu, est connu pour cela, mais c’était le cas partout puisque tout simplement, les institutions religieuses étaient propriétaires. Mais oublions le moine viticulteur ! Ils étaient propriétaires, et envoyaient des gestionnaires, et recevaient surtout les fruits de leur possesion.

Les œuvres médiévales – évoquant le vin – les plus originales se trouvent dans l’iconographie, dans les fresques  et dans la tapisserie, puisqu’à cette époque figurative on s’efforçait d’illustrer et de mettre en scène les métiers et les tâches de tous les aspects de la vie en société, souvent de façon chronologique.

 On ne manquera surtout pas les livres d’heures, et celui des très riches heures du duc de Berry illustré des frères Limbourg en 1416.

tapisserie-cluny-vendanges_grand.jpgtapisseries de Cluny : les vendanges

riches.heures.9.jpgLes très riches heures du Duc de Berry – les vendanges

riches-heures4.jpg

19-alimenti,vino bianco,Taccuino Sanitatis, Casanatense 418distribution de vin blanc

Scan10002.jpg

vin-tacuinum-sanitatis-copie-1.jpg


Charlemagne hortus 5 vignoble_hiver

Cet article a été publié dans Vin Art et Histoire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s