Vin de niche et vin de masse

le monde du vin se compose, sinon oppose le vin de niche et le vin de masse…pourtant ils se nourrissent l’un l’autre…

—–

DSC_02621

Le vin de masse

C’est le vin de tous les jours, le vin qui rassure, sans prise de tête. Il représente l’écrasante majorité du vin, il se trouve en supermarché. Le vin de masse est bien foutu à défaut de n’être jamais original. Mais il accompagne tous les repas sans défaillir et d’un millésime à l’autre.

Le vin de masse de référence est produit par des structures qui disposent des outils et compétences nécessaires à ce type de vin. On trouve ainsi de très beaux « produits » vin.

Les grosses « marques » qui présente des étiquettes qui ont l’air sérieuses. Certaines maisons sont incontournables, comme Guigal, Wolfberger, Magrez …

En conclusion, ces vins archétypés, sérieux, fiables sont très souvent issus de maisons aux sérieuses réputations nationales et internationales.

A leur suite on trouve une génération de petits vignerons qui essayent de faire un peu pareil, mais ne sont pas à la hauteur.

 

 Le Vin de Niche

Les « vins de niche » représentent une petite minorité de vins qui s’adressent à une toute petite minorité de clientèle.

Le vin de niche est variable d’un millésime à l’autre, d’un vigneron à l’autre, ses techniques d’élaboration recherchent la qualité du vin et ses réussites sont plus ou moins belles selon les choix du vigneron. Bref, c’est le vin d’un homme (ou d’une femme). Il ne correspondra pas à une définition standard, nécessite parfois d’avoir un « palais éduqué » sous peine de passer « à côté ».

Son prix est nettement plus élevé, d’abord parce qu’il n’y a pas d’optimisation économique, parce que les procédés ne sont pas du tout les mêmes, et ensuite il est plus cher lorsqu’il y a valorisation par la réputation et par la rareté (c’est d’ailleurs parfois un vrai problème).
Les articles des rubriques spécialisées « vin », les cavistes ambitieux, les cartes de vin des restaurants gastronomiques, les blogueurs, forums et certains cercles de dégustation parlent toujours de ces vins. Ce sont toujours les mêmes qui reviennent dans cette catégorie. Voyez les guides de vin exigeants, comme le guide Bettane & Desseauve et le guide Parker, (mais pas les hachette ou vert qui sont de simples pages de publicité déguisées).

A leur suite on trouve une génération de petits vignerons qui essayent de faire un peu pareil, mais ne sont pas à la hauteur.

Vases Communicants ?

Peut-on dire que l’image du vin de masse est tirée par la notoriété vin de niche, et que le vin de niche bénéficie de la fiabilité du vin de masse ?

Ce qui fait la renommée de l’ensemble des vins Français, ce sont les vins d’exception, les vins de terroirs. Ce sont ces vins qui justifient qu’on parle du vin comme d’un produit noble, d’exception, de terroir … c’est parmi les vins de niche qu’on trouve les belles sensations d’une dégustation et surtout les beaux accords vins + mets.

A l’inverse, le vin de masse est la porte d’entrée au monde du vin, il a l’avantage d’être lisible et visible, on peut facilement y associer des images mentales et les mémoriser. Il est aussi reproductible.

 

Une troisième catégorie le vin approximatif

A la suite de ces catégories, on trouve des tas de petits vignerons qui essayent de faire un peu pareil, mais ne sont pas à la hauteur. Cette troisième catégorie, c’est le vin approximatif.

Il est flottant, non-défini, acide ou sucraillon, il est souvent produit par des petits vignerons, vendu en supermarché ou au caveau au bord des routes du vin, ou dans les salons des vignerons indépendants.

C’est le vin qui est primé au concours de Paris, ou de Macon, il obtient toujours un prix au guide hachette (sorte d’école des fans du guide du vin), on vous le sert glacé pour que les défauts soient gelés, et on vous dit « hein c’est bon ça, hein ? » en vous assénant une suite de qualités supposées qui vous indiquent que vous devez sûrement avoir un gros rhume car vous ne ressentez strictement rien de tout ce qui est énuméré …

C’est le vin des petits vignerons dans les structures familiales qui ont besoin de vivre. C’est cette population qui a besoin de verrouiller les signes distinctifs entre les catégories de vin, besoin de verrouiller les jurys des prix et autres concours à médailles, et besoin que les agréments donnant droit aux appellations contrôlées restent sous leur contrôle.

C’est aussi là que l’amateur de vin normal, celui qui ne roule pas sur l’Or, place ses espoirs de trouver des bons vins ici et là, et plus le bon vin devient rare, plus on cherche ces vins-là.

***

Cet article a été publié dans une vision des classifications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s