Aller voir ce qui se fait ailleurs…

 

Parmi le top 10 des producteurs de vin, l’Allemagne est le seul pays du vieux continent qui a su maintenir son niveau. Idem pour la consommation de vin, qui reste très largement importatrice puis la moitié du vin consommé est importé (source OIV). Mon terrain de jeu favori est le vignoble alsacien, et  j’aborde enfin les autres régions du Rhin viticole. A commencer par le pays de Bade voisin…

 ***

Aujourd’hui…

 J’ai rendu visite à une cave coopérative du pays de Bade, à Oberkirch, en participant à la visite guidée qui a lieu deux fois par semaine, j’ai pu voir, déguster, et constater, ce qui suit…

Les locaux sont beaux : on entre dans un grand hall spacieux, éclairé par un puits de lumière naturelle. Il y a là des étagères avec les vins, mais aussi de la verrerie, des objets de décoration, un coin « winstub » … fait pour recevoir !

 La Cave Coop

Oberkircher Winzer est en réalité une Weingenossenschaft, mais le terme, comme chez nous de « Cave Coopérative » n’ayant pas bonne réputation, on a introduit cette modification de dénomination. La cave compte 580 adhérents qui ont tous signé un contrat d’exclusivité : on apporte tout son raisin, et dans tous les cas les adhérents ne peuvent vendre aucun vin en leur nom propre. La cave coop pour sa part ne vinifie et ne vend QUE les vins issus des raisins des adhérents, qui exploitent ensemble 480 hectares, soit des toutes petites surfaces, généralement cultivées de façon familiale, comme chez nous. Les raisins sont rémunérés selon leurs qualités, dont les critères principaux sont le taux de sucre et l’acidité. Le rendement moyen se situe à environ 70 hectolitres / hectare, ce qui est comparable à ce qui se fait en Alsace.

 

La Cave

 

 

Les locaux sont plus que propres, d’un blanc immaculé, spacieux, sans odeur et parfaitement climatisés, bien ordonnés, les différentes étapes du travail de cave bien scindées.

Bien entendu, l’Inox est le matériau noble, mais une part du vin passe en barrique pour donner – j’en aurai un aperçu plus tard – des arômes vanillés / torréfiés assez agréables et qui ne versent pas dans le copeau de bois.

 

La visite guidée

La visite guidée incluant la dégustation de 6 vins annoncée pour une durée de 2 heures coûte 6,5 Euros, ce qui est une formule adroite car le principe de payer libère le visiteur de toute pression, et la somme est dérisoire.

Equilibrée, argumentée, la visite est très bien construite, entre commentaires dans les différentes caves, dégustation d’un Sekt en cours de route, projection d’une vidéo … le discours est équilibré, sachant doser le message de qualité, de l’émotion, de l’Histoire et de la tradition, sans lourdeur aucune.

 

La Gamme         

La gamme se compose d’une majorité de vins blancs, mais rosé et rouges pèsent plus lourds qu’en Alsace.  Comme en Alsace, les vins Badois sont des vins de cépages. Ici ils sont au nombre de 15, rien que ça…et comme en Alsace, la quantité ne fait pas la qualité…

Pas moins de 7 gammes sont présentées dans cette cave coop, sous des conditionnements très variés, pour comptabiliser 79 vins tranquilles et 9 vins effervescents. Deux cinquièmes des vins sont vinifiés sans chaptalisation, pas mal pour une cave coopérative, n’est-ce pas ?

Ici, on n’a pas le mauvais goût de parler vin de terroir quand les vins n’en ont par l’étoffe. C’est déjà un très bon point de ne pas se moquer du monde. Ici, on vise une qualité réelle plutôt qu’une prétention de qualité creuse…

Le tarif des 7 gammes se présente sous un cahier de … 24 pages ! Il présente l’avantage d’indiquer entres les données en alcool, sucres résiduels et en acidité tartrique, même si ça n’est pas une valeur absolue ces infos sont très utiles pour appréhender les vins d’une gamme.  Un exemple à suivre chez nous.  Par contre, cette liste interminable donne le tournis, car entre cépages, classifications, indication techniques, contenances, prix, prix au litre dans chacune des « collection » … on n’a plus envie d’acheter, car on ne sait plus quoi acheter.

Les bulles, on en fait ici, mais la proportion reste faible compte tenu du marché – l’Allemagne est le plus gros consommateur de vins effervescents.

 

 

***

 

DEGUSTATION OBERKIRCHER WINZER

Mardi 14 Aout 2012 – 15h45 – 16h45
( étiquette découverte, verre à vin classique, salle illuminée de lumière naturelle, 10 personnes, vins servis, état de forme : Bien )

 

***

 

Schlossberg Sekt – 9,60 €
Le nez est net, torréfié, la bouche agréable donnant sur un équilibre demi-sec digeste. BIEN+

seule méthode champenoise de la maison, réalisée exclusivement à partir de Riesling, avec 12 grammes de sucres.

***

Rivaner Qualitätswein – trocken – AT : 5.3 – s.r. 7,5 – Alc 12% – 3,80€

Le nez muscate, et donne sur l’ananas, fruit omniprésent dans les vins de la maison. Nez net.
La Bouche est fruitée, perle un petit peu, donne sur un équilibre demi-sec. BIEN

Bien construit, tout est bien en place. Un vin de soif.  A moins de 4 Euros, c’est BIEN+

***

Riesling “Vinum Nobile” Qualitätswein – trocken  – AT : 6,3 – s.r. 6 – Alc 12,5 % – 5,60€

Au nez on trouve l’ananas, le sureau, c’est beurré et ça muscate un peu
En bouche l’attaque est perlante, c’est aérien, la finale est bonne. BIEN

Même si on a affaire à un vin bien fait, on ne trouve pas la richesse aromatique du Riesling et peu de ses caractéristiques habituelles. On est loin d’une minéralité effective. Le terme Vinum Nobile est ambitieux,  et à mon sens le résultat demande à être optimisé, ceci dit, le prix est au niveau d’un Riesling alsacien générique, de ce fait c’est  BIEN+

 

***

Spätburgunder Kabinett – (Pinot Noir) – Halbtrocken – AT : 4,8 – s.r. 12,3 – Alc 12 % – 6,80 €

Nez de café, torréfié, vanillé, un peu de fruits rouges
la bouche présente une franche attaque, puis une bonne structure sur une matière assez légère, l’équilibre est demi-sec, les tanins sont fins, on a de belles épices et ce côté torréfié présent mais pas trop, et une bonne acidité en finale. BIEN

Les sucres de ce vin rouge me perturbent un peu, même si les rouges français sont parfois sur un équilibre similaire, même si l’acidité reste mieux présente. Ceci dit, l’accord sera délicat 

 

* **

Spätburgunder Weisherbst (Pinot Noir Rosé) Kabinett  – AT : 6,6 – s.r. 34,6 – Alc 10,5 % – 6,00 €

Nez: Toujours très net, donnant sur la fraise
Bouche : Les sucres surprennent puis se fondent très vite et le vin se développe sur une intégrité surprenante, l’équilibre reste dem i-sec. BIEN

Avec ce vin charmeur et on se laisse prendre au jeu des sucres, à partir du moment où c’est harmonieux ce qui est le cas ici. Très digeste, il sera  à marier avec pas mal de plats du quotidien, et à ce prix-là j’aimerai en voir d’autres.  

 

***

Gewurztraminer Spätlese  – AT : 4,7 – s.r. 39,5 – Alc 12 % – 7,20 €

Nez assez fin de rose et de litchi, pas envahissant du tout, et une fois de plus net
La Bouche présente un équilibre très agréable donnant sur de belles épices, notamment de beaux poivres, la petite amertume est bienvenue BIEN

Le vin est bien construit, d’un bon équilibre, harmonieux, il manque un peu de charme mais à ce prix-là

 

****

 

Ce qui est appréciable, c’est que le nez est net, la bouche bien en place, et les prix sont très doux. Sur les deux premiers critères, beaucoup de maisons alsaciennes, notamment des petits vignerons, auraient à apprendre des allemands avant de vouloir parler expression variétale ou expression des terroirs.

J’apprécie aussi que la cave sache rester à sa place, elle ne prétend pas vendre du terroir là où il n’y a que des « vins de cave » (à contrario du « vin de raisin » dont le résultat fait ressortir le terroir). On se sent moins pris pour un gogo, on apprécie.

Ceci dit à Oberkirch, les  vins sont sucrés même si certes digestes. Ceux qui- chaptalisés ou non – auraient une bonne vivacité sont systématiquement affublés de sucres résiduels élevés. C’est bien dommage, car ça donne une uniformité de la dominante sucrée, et l’usage qu’on peut faire de ces vins est d’autant plus limitée.  

 le client qui veut l’assurance d’un vin bien fait, toujours agréable, et pas cher se tournera volontiers vers cette cave coopérative de haute tenue.

****

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s