l’Ode au vin d’Alsace de Jean-Louis Vaudoyer

Pêché dans le livre encyclopédique de Médard Barth « Der Rebbau Elsass », relaté dans les Saisons d’Alsace N°3 de 1952

Jean-Louis Vaudoyer, de l’Académie Française, écrivait

 » voisins et amis des forêts ombreuses et des prairies fécondes, les vignobles alsaciens enfantent des vins dont les limpides blondeurs invitent à évoquer les frais élans des torrents, la cristalline mélodie des sources, les jaseries joyeuses des fontaines  »

Et dans un autre élan

« Chaque vin, a un corps qui par la forme, la couleur, la transparence du verre dont il est fait, le symbolise ; le corps de son cœur, de son esprit, de son tempérament ; dirons-nous : le corps de sa voix ? des « correspondances » peuvent être établies entre tel vin et tel instrument. Pour nous en tenir à la France, la bourgogne joue du violoncelle et le bordeaux du violon ; le champagne souffle (cela va de soi) dans une flûte et les vins du Rhône dans un galoubet. Quant aux vins d’Alsace, écoutez-les siffler de toute leur jeune exubérance dans des fifres : les sons lestes, agiles, s’élancent, s’effilent s’aiguisent en de scintillants et fringants scherzos »

 

Cet article a été publié dans Odes et poêmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s