Medard Barth der Rebbau des Elsass – Guerres destructrices – 2eme partie

Cette série de billets est issue de l’ouvrage encyclopédique du chanoine Médard Barth publié en 1958 « der Rebbau des Elsass » ou « Le vignoble d’Alsace »,  ouvrage de référence en matière d’Histoire du vin d’Alsace.

P170 et + : Guerres et destructions dans le vignoble, suite de l’article précédent CLIC

*****

Dessin de R Kuven également issu du livre de Médard Barth


Westhoffen et les Armagnacs, 1445 :  Certes on ne disposait pas d’armes à feu qui permettent de démultiplier les morts et de tuer de loin pour ensuite mieux nier l’avoir fait, mais les massacres étaient cruels, comme ceux innombrables des Armagnacs qui pillaient, brûlaient, crucifiaient … et adoraient le vin d’Alsace. En 1445, le village de Westhoffen échappa à l’incendie du village en livrant 400 Gulden et 10 Foudres de vin aux Armagnacs.

Mulhouse ses conflits locaux et les Autrichiens

Médard Bart rapporte différents conflits, nous citerons celui de Mulhouse. En 1467 un conflit local vit un grand nombre de pieds de vignes abîmés et certains brûlés. En 1468, la guerre opposait l’Autriche à Mulhouse. Les Autrichiens envoyaient 14000 hommes !!! Ils burent toute la récolte et le vignoble fut arraché !

Puis, en 1472 à peine le vignoble commençait-il à se remettre en état – il faut 4 ans avant de récolter le premier raisin pour faire du vin – qu’un conflit entre les bourgeois de Mulhouse, propriétaires de vigne, et les voisins de Brunstatt vit un grand nombre de pieds de vigne à nouveau abîmés, à savoir la destruction des treillis et des tuteurs (on constate ainsi que non seulement le tuteur individuel était en vigueur mais aussi la culture sur treillis)

Wangen, 1592

Le 27 octobre 1592, au cœur de la guerre des évêques, les troupes lorraines assaillent Wangen. Les habitants fuient et se réfugient à Westhoffen. Les lorrains pillent la cité et investissent les caves. Le 31 octobre, apprenant que Strasbourg envoyait des troupes, les lorrains prennent  leurs jambes à leur cou, jusqu’à ceux qui gisaient saouls dans les caves. On rapporte que 16 lorrain périrent ainsi sous les coups des fourches des villageois revenus dans leur village…

La guerre de trente ans (1618 – 1648) vit comme d’autres guerres certains vignobles attaqués, mais les guerres furent plus souvent encore des occasions de préemption de la production en vin par les soldats et les armées. Nous n’allons pas nous y attarder ici, mais la guerre de trente ans reste dans la mémoire collective aujourd’hui encore, à l’ère d’internet.

Barr pillée et brûlée, 1678

A Barr quelques siècles plus tard, la bêtise d’un homme coûta cher. Entre 1673 et 1679, l’Alsace n’eut pas de répit, car alternativement occupée par les troupes de Luis XIV et de l’Empire Germanique. Mais le 9 Novembre 1678, alors qu’une troupe Française occupante qui n’avait pas fait parler d’elle se retirait, un Barrois tirait sur un officier à cheval. Le bataillon, de rage alors que jusque-là pacifique à l’égard des civils, s’en prit à la ville et le brûlait, il ne resta que l’Eglise et quelques maisons isolées, et ce furent plus de 1000 foudres de vin dont il ne resta rien ni même une douelle du moindre tonneau !

Cet article, publié dans Médard Barth, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s