Medard Barth der Rebbau des Elsass – Outils de vendanges et pressoirs

Cette série de billets est issue de l’ouvrage encyclopédique du chanoine Médard Barth publié en 1958 « der Rebbau des Elsass » ou « Le vignoble d’Alsace »,  œuvre monumentale de l’Histoire du vin d’Alsace qui fait référence encore aujourd’hui … 

Outils de Vendangeur

On utilisait la fameuse serpe à vigne encore bien connue pour couper les grappes.

On les disposaient dans des petits paniers en osier,  récipient qu’on utilisait depuis les romains en passant par l’époque de Herrade de Landsberg. Et ensuite, on versait les raisins dans des hottes (encore dénommé « Ständel » ou « Logel » selon les endroits), et de là on versait le contenu dans une « Bottich ».

 

hortus 3Herrade de Landsberg nous a laissé une belle illustration dans le fameux « Hortus Deliciarum« 

 

Foulage et Pressoir

On pressait le raisin dans des cavités « calcare », uniquement par le foulage, jusqu’à l’apparition du pressoir. Il date de Charlemagne, qui avait interdit le seul foulage au pied, et imposa un outil plus qualitatif. On trouve en effet trace d’un pressoir « torcular » au 9ème siècle dans les archives de l’abbaye de Marmoutier,  mais le foulage au pied seul continua d’exister jusque dans le 19ème siècle. Les pressoirs « Trotte » étaient parfois érigés directement dans le vignoble, d’où certains noms de lieux-dits « Trottberg » « Trottacker » ou encore « Trotthuss », d’où peut-être l’origine de Truttenhausen ?

Jusqu’au 16ème siècle, les vignerons avaient obligation de venir presser leur raisin au pressoir du village, selon un ordre qui provoquait immanquablement des jus oxydés quand il fallait attendre son tour trop longtemps. Cela créait des tensions. Alors la profession s’organisait pour généraliser les pressoirs particuliers, et l’on peut lire dans les archives de l’abbaye de Wissembourg  qu’en 1275 le Roi Rodolphe se fit l’arbitre d’une querelle entre la ville et l’abbé en décrétant que chaque vigneron était autorisé à prélever trois arbres en forêt pour construire les pressoirs particuliers.

Le pressoir à balancier qu’on peut voir sur l’illustration qu’à laissé Herrade de Landsberg laissait place au 15ème siècle au pressoir à vis centrale. Plus pratique et moins encombrante, elle se généralisa rapidement dans les cours de vignerons, on peut en voir ici et là, notamment à Mittelbergheim

 

Cet article, publié dans Médard Barth, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s