Domaine Emile Beyer – visite 2016

Après une trop longue absence, j’ai repris le chemin du centre de Eguisheim pour retrouver Christian et Valérie Beyer, et ce fut un vrai ressourcement vers l’élégante pureté des vins du Domaine Emile Beyer !

 

******

 

En Alsace, l’accueil est un trait de caractère très ancien, l’accueil en a fait une terre de croisements, et le Domaine Emile Beyer possède un sens de l’accueil qui s’inscrit parfaitement dans la lignée d’une Alsace viticole millénaire, avec simplicité et le sourire. On entre facilement dans le moment présent et on oublie tout le reste, d’autant que Christian Beyer, qui dirige le domaine, est un formidable conteur.

Cet ancien domaine tout au centre d’Eguisheim est situé dans une belle demeure, une ancienne auberge. Les 17 hectares du vignoble (cultivés en bio) sont tout en coteaux, dont 1/3 en Grand Cru.

La conduite de vigne (en bio) est tournée vers l’expression du vin, la vinification des blancs est classiquement en cuve inox pour préserver la finesse, et Christian et Valérie Beyer portent une très grande attention à la qualité des pieds de vigne, en effet c’est là un facteur important mais aussi celui du long terme.

J’avais déjà eu l’occasion de parler de la quête d’excellence du domaine, de son positionnement réfléchi, on parle là de cohérence et notamment dans (ce que j’appelle) le « Lucas Beyer Project », dont on a déjà parlé ici :

https://rimuge.com/2013/04/05/domaine-emile-beyer-et-le-clos-lucas-beyer/

Comme d’habitude, nous n’avons pas tout goûté, et avons demandé à Christian de faire des choix  🙂

*****

Quelques bulles pour commencer

 

Crémant Emile Beyer

Le Crémant représente plus du tiers des débouchés du vignoble alsacien. Il est de plus en plus souvent considéré par les prescripteurs et ses meilleures livrées comparées aux Champagnes par les amateurs de vin. Ne pas être présent sur ce créneau n’est donc plus possible pour une grande maison, et les exigences sont de plus en plus grandes : raisins de qualité, assemblage précis, vieillissement sur lattes sont nécessaires pour proposer des produits qui sont pour certains aux pieds de la Champagne, pour d’autres loin derrière, mais qui doivent tous se démarquer de la concurrence grandissante du Cava Espagnol.

Crémant Rosé : un crémant de Pinot Noir vineux et frais, avec une trame qui sait rester ferme (sans le smak-smak insupportable de trop de vins Français) BIEN+

Crémant Réserve : Je viens de jeter un œil au prix, à 7,30 euros, on trouve peu de Crémants aussi purs. BIEN

Crémant Cuvée Emile-Victor : Une cuvée d’excellence qui tutoierait presque des Champagnes vineux ! Je ne m’attendais pas à un vin aussi vineux, et ce Crémant avec ses 28 mois de vieillissement sur lattes fera tout le repas, de l’apéro au dessert (le tout pour 11 euros c’est offert !) BIEN++

Avec les Crémants Emile Beyer, nous sommes déjà en présence de l’élégance qui fait la patte de la maison, avec des bulles fines à très fines.

 

*****

La gamme des vins tranquilles se découpe en trois grandes catégories : Tradition, l’Hostellerie, Lieux-dits (dont deux Grands Crus). La progressivité gustative des vins est à l’avenant.

 

le chai avec les cuves inox et les barriques

VINS DE CÉPAGE

Gamme Tradition

Les vins « Tradition » sont des vins de cépage pour un (ici grand) plaisir de tous les jours, la pureté est déjà présente et Christian et Valérie placent la barre de leur entrée de gamme très haut.

Notons un Sylvaner 2015, tout jeune, présentant sur ce millésime solaire le magnifique profil de ces Sylvaner atypiques, présentant une bouche charnue et gouleyante, si éloignée du vin léger et fluet. Le Pinot Blanc est un modèle de Pinot d’Alsace, très fleuri, et le Muscat est frais et vineux (au contraire de léger et seulement fleuri). Tous BIEN+ !

 

Gamme l’Hostellerie

La gamme « l’Hostellerie » sont des vins ce cépage plus ambitieux dont le nom évoque la magnifique demeure anciennement auberge.

Pinot Gris L’Hostellerie 2012, pur et frais, possède une finale d’une très jolie minéralité. TRES BIEN

 

il explique bien, trouvez pas ? 🙂

VINS DE TERROIR

 

Lieux-dits. 

« Saint-Jacques » présente une bouche d’un superbe et long toucher de bouche, avec une grande minéralité sur la finale. Un vin d’une grande élégance. TRES BIEN

« Hohrain » se porte immédiatement sur le grand vin de gastronomie, avec sa trame fraîche d’acidité citronnée il est charnu et présente une très belle matière, toujours élégante. TRES BIEN++

Non classés, les vins des lieux-dits Saint-Jacques et Hohrain (butte haute, et non pas le département !) sont dignes de Premiers Crus. Donc, on ne parle pas de cépage. D’ailleurs ils s’effacent, ce qui est la meilleure indication de la démarche de vins de terroir.

 

Grand Crus. 1/3 du domaine est planté sur des Grands Crus, fruit d’un travail de plusieurs générations.

Grand Cru Pfersigberg 2014 : La colline des pêchers est parfois difficile à appréhender pour les amateurs post-Parker, pour qui le vin se doit d’être immédiat, mais certains crus demandent à simplement lâcher prise pour entrer dans une danse qui mène loin, où l’on découvre un terroir dans sa subtilité plutôt qu’un choc immédiat. Il suffit de servir un beau Pfersigberg à table pour se laisser charmer. Livrée 2014 : la progression de la bouche est superbe, longue, très longue, quelle élégante matière tout en finesse avec de belles épices en finale ! La minéralité est toute aussi élégante, précise, en cohérence là aussi. EXCELLENT

Grand Cru Eichberg 2014 : Sur le grand cru de la colline des Chênes, le puissant Eichberg, large, fruité, avec un beau gras, il n’en fait pourtant pas des tonnes, il n’en a pas besoin ! TRES BIEN !

*****

Evidemment la maison produit aussi des vins de surmaturité et des rouges, que nous n’avons pas abordés durant cette séance.

La maison Emile Beyer fait partie des valeurs très sûres en Alsace. Ici nulle dérive naturiste, et pas non plus de repli vers la chimie, avec comme fil conducteur la cohérence de bout en bout le résultat est là : de l’élégance, du terroir dans le verre et de la régularité, un subtil équilibre d’une démarche durable.

En conclusion, les vins Emile Beyer sont des vins d’orfèvrerie qui ont, oui je me répète, comme trame commune l’élégance, des vins cristallins et des minéralités fines et différenciées. Ce sont des modèles de vin d’Alsace, fidèles, et fiables ! Cette maison issue de générations de grands vignerons et œnologues continue sur la voie de l’excellence.

Que de compliments, oui, mais vous le savez parfois je sais aussi être saignant (mais dommage que les mots acérés soient toujours plus lus…)

Merci beaucoup à Valérie et Christian pour ce très bel accueil et d’avoir consacré autant de temps pour nous.

Voir aussi la vidéo :

Domaine Emile Beyer

http://www.emile-beyer.fr/accueil-emile-beyer-m1.html

7 Place du Château

F – 68420 EGUISHEIM

Tél. : (33) 03 89 41 40 45


mailto:http://www.emile-beyer.fr/accueil-emile-beyer-m1.html

 

 

Cet article, publié dans Vignerons Alsaciens, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s