Médard Barth « der Rebbau des Elsass » – Quelques anciennes unités de mesure

Cette série de billets est issue de l’ouvrage encyclopédique du chanoine Médard Barth publié en 1958 « der Rebbau des Elsass » ou « Le vignoble d’Alsace »,  ouvrage de référence en matière d’Histoire du vin d’Alsace.

 

 Quand on parcoure les anciens écrits, on tombe sur des notions aujourd’hui inusitées ou rendues caduques; Les Unités de mesure de volumes ou de surface sont intéressantes à rappeler. On note qu’une même unité de mesure peut évoluer, donc ne pas être stable, selon sa géographie ou encore au fil du temps, et il est difficile de trouver des valeurs pérennes sur toutes ces unités…

********

 Unités de Mesures

Certaines unités de mesures nous paraissent variables et donc erronées, mis il faut se remettre dans un contexte précis, et chacune avait sa signification précise.

La Terre :

1 Acker = est une unité de mesure très variable (au fil du temps) située entre 20 et 30 ares, très usitée dans la viticulture (ager vinifer).   L’unité anglo-saxonne Acer est aujourd’hui de 1 acre = 40 ares). Médard Barth mentionne que l’acre n’était pas seulement une unité de mesure de terre céréalière, mais désignait également une terre viticole : Il cite ainsi un contrat de location de l’évêché de Strasbourg avec Mutzig de 1251 qui devait, pour deux « agri viniferi », coûter le loyer de deux Ohms par an.

Il cite également que le chevalier strasbourgeois Reinbold Liebenzeller reçoit en location en 1316 de la part de l’évéché de Strasbourg dix agros viniferos in banno vile kestenholz, soit 10 acres de vigne sur le ban de la ville de Châtenois (près de Sélestat).

Un « Vinetum » serait une parcelle « vinae » cloturée. En effet, pour lutter contre le vol et contre les prélèvements des animaux, et notamment le long des routes et près des champs où paissaient les bêtes, la vigne la plus noble était régulièrement entourée de haies qui la protégeait.

Un Schatz (schadi continui) = Sazza = Skaza. Très variable, représentant entre 4 et 8 ares, voilà une unité de mesure longtemps utilisée, à partir de 1098 au moins comme l’atteste une archive, et jusque dans le 20ème siècle, notamment entre Turckheim et Thann, selon Médard Barth.

L’Arpent est une unité de mesure encore bien plus ancienne, elle remonte à l’époque Gauloise.

Le « Schemel » (scamnellum) remonte à l’époque carolingienne, représente une surface purement viticole de 4 rangées de vigne.

Dans le Bas-Rhin, du côté d’Engwiller, on utilisait le terme aujourd’hui incongru de « Haufen Reben » ou « un tas de vigne », qui équivalait à ½ acre.

 

Les Volumes :

Les unités de mesure varient au fil du temps, ce qui semble pour nous inconcevable à l’échelle d’une vie humaine. Mais à y bien réfléchir nous ne sommes pas non plus exemptés de ce genre de phénomène.

1 Ohm = 150 litres, mais parfois aussi 45 litres, 45.8 litres à Strasbourg au 15ème siècle, ou 138 litres ailleurs !!! (pas très crédible)

1 Fuder (Foudre) = 6 Ohm  = 900 Litres, ou alors 22 Ohm de 50 litres soit 1100 litres

1 Seidel = 0,5 Ohm  soit 75 litres

1 Becher = 6.25 Litres

1 Logel – Lagela = Loyala = petit tonneau (contenance très variable selon les sources)

Désignations territoriales

« Bünde » , mot du vocabulaire moyenâgeux pour « clos » ou « domaine  viticole »…

Page 56 : Ce que nous connaissons sous les mots « clos » et « domaine » (au sens de la possession de terre) portait au moyen-âge un autre mot, à savoir l’expression « Biunde » , encore décrite dans les archives sous « Bünde » , « Gebünde », « Büne ». Sur le ban de Balbronn était mentionné en 1284 65 acres en tant que « Hohenbünde ». Ce « bünde » était réellement passé dans le langage courant pour décrire ce qui serait pour nous un coteau de vigne.

Gebreite Gebreite signifiait une surface, exprimée souvent en acres, au Moyen-Âge. Parfois accolée au terme latin « latitudo vinearum ». On trouve ici ou là des coteaux du vignoble qui se dénomment « Gebreite », comme par exemple à Ribeauvillé, sur le flanc Nord. Une ville autrichienne porte ce nom.

Bivang : « Bifang » ou « Bivange » : Il ne s’agit pas d’une surface, mais ce terme décrit plutôt une surface clôturée.

Cet article, publié dans Histoire du vin, Médard Barth, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s