PREMIER SALON MILLESIME ALSACE 11 Juin 2012

 

La  première édition du salon Millésimes Alsace s’est tenue à Colmar ce Lundi 11 Juin.
Ce salon était dédié au gratin du vin d’Alsace, je ne pouvais pas manquer ça, car il faut être un digne Alsacien ! En plus, dédié au Riesling, il était donc interdit de manquer ça, car il faut être digne du nom de mon blog !

Hopla on y va ! 

 

***

 

salle.jpg

 

 

Ce Lundi 11 Juin, j’ai papillonné entre la soixantaine de stands répartis selon un ordre … illisible. J’ai évidemment retrouvé une bonne partie des vignerons que je visite le reste de l’année. Mais ce salon était l’occasion d’approcher mieux d’autres moins connus, et pour moi de procéder à une dégustation pédagogique…

 

 

Le Riesling à l’honneur

 

Le cépage Riesling est une variété de raisin dont je vous propose une description ici : CLIC.  Les organisateurs de ce salon ont voulu mettre en avant le cépage Riesling, tout en invitant les meilleurs vignerons de vin d’Alsace.

Mais le résultat de cette double ambition est un peu bizarre : les meilleurs vignerons travaillent des « vins de terroir », là où le cépage s’efface ! Donc, présenter des vins de terroir, c’est un peu noyer le thème « Riesling ».

Pour rester dans le thème, il eut été intéressant de présenter les différents visages que peut présenter le « vin de cépage », et ceci sur plusieurs régions de production : Rheingau, Mosel, Baden, Alsace…

Paradoxalement, et pour mon plus grand plaisir : l’addition Riesling seul + sélection des meilleurs vignerons d’Alsace = on sort du vin de cépage.

Une occasion rare de sortir du vin d’Alsace = vin de cépage

 

Par la limitation au seul Riesling, il n’y avait pas lieu de discuter « cépage » sur ce salon. Les meilleurs vignerons présents ayant apporté leurs vins de terroir, là où le cépage s’efface, le visiteur était donc naturellement conduit à s’intéresser à d’autres aspects que le cépage.

De ce point de vue-là, la stratégie du « Riesling seul » était donc une excellente chose pour mettre en avant … l’excellence du vin d’Alsace, l’autre objectif de ce Salon, et de conduire les professionnels présents à s’intéresser au travail du vigneron et au vin de terroir !

Car les habitudes sont très profondément ancrées, évidemment auprès du grand public mais surtout parmi les cavistes, sommeliers et journalistes : le vin d’Alsace s’aborde par le cépage (et le vin de terroir se saborde par la mention au cépage ?).

 

 

philippe-blanck.jpg

Le grand Philippe Blanck sert deux de amateurs avertis (le Monsieur dégarni tient un blog réputé)

 

Oublier le cépage pour une découverte des terroirs

Je ne renie pas mon attachement au Riesling, roi des cépages blancs, mais le cépage n’est qu’un des paramètres du vin, et trouver au même endroit au même moment un panel des meilleurs vins d’une région, le tout restreint à un cépage, est une occasion rare d’éduquer le nez et le palais.

La question du cépage éliminée, je me retrouve donc devant la très riche variété des terroirs alsaciens : terroirs « froids » ou « chauds », une douzaine de types de sols différents, des expositions variées…comment choisir ?

 

 

Le jeu des 13 familles

J’ai décidé de procéder à une approche des vins par type de sol : granit, grès, calcaire, etc…

Dans un deuxième temps, j’ai « visité » les Crus : Dans la famille des granit, je demande le Schlossberg, puis le Sommerberg, puis le Wineck-Schlossberg… etc … il fallait donc circuler d’une allée à l’autre dans un jeu de piste passionnant.

En Alsace, nous avons l’avantage de posséder des types de sol variés, et cette diversité pourrait être promue comme une clé d’entrée pour aborder et mettre en valeur le vin de terroir. Hélas, ça n’est pas le cas. En Bourgogne, les sols sont tous argilo-calcaires, on s’intéresse alors plus directement aux crus. Et s’il y paraîtrait choquant de mélanger vin rouge et vin blanc, vins d’appellation régionale et grand crus, en Alsace on est choqué de l’inverse, et on se mélange allègrement les pinceaux dans un « ordre établi » qui tire tout le monde vers le bas…

 

philippe kubler

Philippe Kubler – Domaine Paul Kubler – en discussion avec un consultant pour l’export

 

 

Une expérience à renouveler

On ne peut jamais faire plaisir à tous ni remplir tous les critères, mais ce salon a le très grand mérite d’exister ! On retiendra cela, et ceux qui critiquent sont invités à … mettre la main à la pâte. L’excellence des vins de terroir présentés a en quelque sorte noyé le thème « Riesling » pour le plus grand bien du vin d’Alsace de qualité, et c’est aussi l’excellence que visaient les organisateurs. Donc, objectif atteint !

Malgré ses imperfections, ce salon « Millésimes Alsace » est une excellente initiative, privée. J’espère que ce salon sera reconduit, peut-être avec un peu plus de souplesse dans les cépages « autorisés » si toutefois tout le monde joue le jeu (par exemple cacher la mention du cépage sur tout vin de cru).

 

***

Cet article a été publié dans Degustation Alsace. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s