30 Ans de Riesling à la Confrérie St Etienne

En ce Jeudi 21 Octobre 2010, la Confrérie Saint Etienne conviait qui voulait

à déguster 30 ans de Riesling.

Une occasion de plus de prouver que le vin d’Alsace est aussi vin de garde.

*************

 

Au Château de Kientzheim, 19h00 en ce frais Jeudi d’automne, 12 personnes se réunissaient pour déguster 13 vins allant de 2007 à 1964, dépassant donc les 30 ans annoncés.

Les étiquettes sont masquées, et le millésime non annoncé à l’avance. Verres INAO, salle neutre, les participants ont tous eu le bon goût de ne pas se parfumer. Lune : presque pleine. Nez : dégagé. Etat de fatigue : OK.

Les notes et appréciations n’engagent que moi et je précise d’ailleurs au fil du texte un moment où je suis conscient d’être perturbé…et il existe d’autres perturbations dont l’amateur que je suis n’est même pas conscient…

 

—————

 

1 – Riesling Clément Lissner Rothstein 2007

Robe : Très claire, brillante 

Premier nez : Citron

Nez : Citrus, beurré, pomme granny,

Bouche : Attaque douce, évolution moyenne, beurré, sur la violette, finale sur de beaux amers, pamplemousse, vin sec.

BIEN +

  

 

 

2 – Pierre KOCH- Riesling Grand Cru WIEBELSBERG – 2005

Robe : Brillante

Premier nez : Pierre à fusil

Nez : Sous bois vanillé, mais finale molle.

BOF

Ces finales molles sur les 2005 …. ce millésime est-il dans une phase creuse ?

 

3 – KUEHN Ammerschwihr – Riesling Kaeferkopf – 1999

Robe : or pâle, limpide

Premier nez : Caramel

nez : Caramel, torréfié, pétrolé,

Bouche : attaque molle, évolution un peu bizarre, finale molle et sèche mais prégnante.

BOF

 

 

 

4 – Domaine St Rémy – Riesling Grand Cru HENGST – 1997

Premier nez de bonbon à la fraise,

Nez sur les aromatiques, un peu de colle, du confit

Bouche : Oxydé

BOF

 

 

5 – Domaine Pierre SPERRY – Riesling Pflintz – 1997

Premiez nez : Arômes de cave

Nez bizarre

Bouche : Attaque trop douce, puis mou de bout en bout. un riesling, vraiment ???

BOF

 

 

6 -Ecole de Roufffach – Riesling Côte de Rouffach 1995

Premiez nez : beau riche, tourbé et fruité, fraisé

Nez : Idem plus riche, avec de la caillasse

Bouche : Attaque citronnée, vin en longueur, vin trop jeune qui demande à attendre.

TRES BIEN

 

 

7 – Gisselbrecht – Dambach la ville – Riesling – 1987

Nez : ..plouf

Bouche : Belle bouche toute en évolution, torréfié, eucalyptus, très belle finale, salin.

Dommage que le nez soit si réduit : BIEN-

 

 

8 -WILLM – Barr – Riesling 1983

Robe : Or pâle, or gris, bord plat

Premiez nez : Arômes de cave

Nez : Beau nez riche et qui se déploie, tourbé fumé, sur la noisette, beurré

Bouche : Belle attaque, vin palais tout en hauteur, notes tourbées, belle finale sur un peu d’eau de vie de framboise.

Nez et bouche pleine, avec du gras, belle acidité, finale poivrée, voilà un beau Riesling ! EXCELLENT

 

 

9 -Grand Cru Hengst – Zind Humbrecht – 1980

Robe : Or pâle très limpide

Premier nez : Soupe d’asperge

Nez : d’asperge, très fort.

Bouche d’attaque plate, vin endormi, finale d’acidité désagréable.

BOF-BOF

Rappel : la dégustation s’est faite à l’aveugle. Millésime difficile. Ce vin a gâché mon nez et ma bouche pour le reste de la dégustation.

Rappel : Ceci n’est que l’impression ressentie sur cette bouteille-là, je ne juge pas une cuvée.

 

10 – Fernand GRESSER – Riesling Grand Cru KASTELBERG – 1979

Premier nez : arômes de cave

Nez : Eucalyptus, floral

Bouche : Bonne attaque, mais perlant et gras.

BIEN

 

11 – KUENTZ-BAS – Riesling Réserve Exceptionelle –  1972

Non noté : servi dans le même verre que le vin N°9, fortement pollué d’arôme de buis.

 

 

12 -BOTT GEYL – Beblenheim – Riesling Grand Cru (?) – 1970

Robe : or jaune franc, limpide

Premier nez : Brioché

nez : Idem avec des fruits mûrs

Bouche : Attaque douce, belle évolution, avec une belle tension

TRES BIEN+

 

 

13 -Adam (actuellement JB) Ammerschwihr – Riesling – 1964

Robe : Vieil Or

Nez : Goudronné, floral, fruité

Bouche : Torréfié, doux piquant, gras, corpulent, iodé en finale !

TRES BIEN ++

Ce vin avait été débouché l’année dernière par la confrérie. Les rebouchages redonnent du corps au vin.

 

——

Evidemment, on constate pas mal de variations dans cette série, dues à la période parcourue (de 2007 à 1964), mais surtout dues aux origines très variées en matière de coteaux et de vignerons.

On peut noter que l’effet terroir est évidemment essentiel quand un vin vieillit.

Merci à la confrérie Saint Etienne de permettre à tout un chacun de déguster de telles palettes de notre patrimoine vini-viticole.

Cet article, publié dans Degustation Alsace, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s