COUPS DE COEUR DE L’OENOTHEQUE ALSACE HIVER 2008

Lors de ses visites de domaines et dégustations en Alsace, Thierry Meyer découvre des vins de très grande qualité, souvent faciles à boire et proposés à un prix raisonnable. Pour faire profiter les amateurs de vins d’Alsace et les acheteurs qui ne veulent pas parcourir tout le vignoble à la recherche de la nouvelle star, cet oenophile dégagé de tout engagement commercial organise quatre fois par an une dégustation des « coups de cœur ». Voici ceux de l’hiver proposés ce 15 Mars 2008.

*******************************************************************

Ce samedi donc, 14 vins au programme, assez variés pour que chacun y trouve son compte.Thierry Meyer n’est pas un « pro » mais un passionné, et ça se sent, il sait transmettre sa passion. Agréable aussi son absence de snobisme et sa grande pédagogie.Toutes les dégustations se font à l’aveugle, ce qui ne dérange ni le débutant ni l’expert.

 

Je vous livre ici moins mes annotations dégustatives que mes observations et tuyaux que j’aime à partager :

 

1 – Entrée en matière avec un Crémant d’Alsace Extra Brut d’Edgar Schaller à Mittelwihr 8€, une des plus belles expressions de Crémant. A ce propos j’apprends que les meilleurs Crémants d’Alsace rivalisent à l’aveugle, non avec  » des  » champagnes, mais avec les meilleurs Champagnes. Un tuyau pour ceux qui aiment les bulles : allez gouter un Crémant de chez Jean Claude Buecher.

 

2 – Le second vin à la robe brillante, des notes de fruit frais et franc, une belle acidité, il est vif, même si je le trouve un peu  » plein de flotte « . Je mets Bien. Il s’agit d’un MUSCAT Kappelreben 2006 de chez François Bléger à St Hyppolite. 6 €.

J’apprends que le Muscat n’est pas, ou plutôt n’est plus le vin des asperges, mais allez plutôt voir de bonnes cuvées d’assemblages (comme celle d’Etienne Loew par exemple).

 

3 – Note de pierre ponce, de fleur blanche pour ce vin au nez discret, mais délicat, à la belle harmonie. Rien à dire, c’est TRES BIEN, c’est un Riesling Vieille vignes 2005 de la Cave de Turckheim.

On peut déguster les cuvées prestigieuses des « caves coop », ces dernières les soignent pour obtenir les commentaires dans les guides qui vont alors leur apporter les clients pour écouler leurs grosses productions souvent moins recommandables. Les grands crus proposés seront donc très abordables.

 

4 – Le premier nez est balsamique, puis en bouche on trouve un vin sec et pourtant d’un beau gras un Tokay à n’en pas douter, pour rien au monde écoeurant, parfait pour une quiche. J’ai noté TRES BIEN +  » à acheter « .

PG (Pinot Gris) 2006 Fernand Seltz, Mittelbergheim, 5€80

.

 

5 – Là, tout de suite, je retrouve le nez de sirop de molène caractéristique du Gewurztraminer ; avec une belle puissance, ce vin rempli la bouche, belle acidité en fin de bouche, peu sucré il n’alourdit rien. TRES BIEN ! +  » à acheter  » (pourtant je n’aime pas les sucrettes mais celui-là ne l’est pas !) –GEW Barmès Buecher 2006 – 12,50 €

A ce propos, je note que le terme moelleux est attribué à un vin qui sera à la fois sucré, gras et alcooleux.

 

6 et 7

6 – Le nez est Muscat, et aussi un peu 2006 : bingo ! ce vin n’est pas pétaradant, mais d’une belle fraîcheur, belle longueur en bouche, et une salinité marquée qui apporte sa consistance au vin. Belle étiquette et belle bouteille.

MUSCAT Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2006 de Frédéric MOCHEL – 15€

7 – Le nez est Muscat. Un peu similaire, mais plus asséchant, moins puissant. Moins bien que le précédent. En fait il s’agit du même vin de l’année suivante.

 

MUSCAT Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2005 de Frédéric MOCHEL – 15€

Ce test à l’aveugle de deux bouteilles d’un même Grand Cru que seule une année séparent est très intéressant, ce qui confirme qu’un vin ne se ressemble jamais, et en l’occurrence que 2006 n’est pas forcément ramassé par 2005, bien au contraire !

+ : Les bons MUSCAT sont rares !

 

8 – Le premier nez de ce vin me rappelle les pommes au four de ma maman, puis en agitant la note de pomme sucrée reste présente, attention pas celle d’agrume ! en bouche, une belle acidité, fine et longue. BIEN+

Riesling GC Zinnkoepflé 2006 – Schlegel-Boeglin – 9€

 

9 – Premier nez de pétrole, encore la pomme au four, un peu de surmaturation, mais en bouche ce vin me déçoit, il reste plat, sans longueur aucune. BOF

LA IL SE PASSE UN TRUC ! : ….Thierry Meyer semble circonspect … il nous explique d’abord ce qu’est le goût de petit bouchon, ce défaut dû au bouchon mais qui n’est pas décelable au nez mais qui rend le vin plat. C’est extrêmement désagréable au restaurant, puisqu’on ne peut arguer d’un défaut car pas flagrant ! Ce défaut plombe régulièrement des vin lors des dégustations et reste très fréquent à raison de 2 à 3 bouteilles sur 25 ! Thierry Meyer nous sert alors le même vin d’une autre bouteille, et là, alléluja, c’est carrément autre chose, bien sur en bouche mais aussi au nez, je lui mets alors, à ce même vin, TRES BIEN !

Riesling Altenberg de Wolxheim 2005 – Clément Lissner – 9€50

 

10 – Premier nez discret, droit, ensuite des notes de cuir, florales, en bouche il est droit et complexe, complet aussi, belle longueur, je lui mets TRES BIEN + ce qui veut dire EXCELLENT.

GEW GC Hengst 2005 – Josmeyer – 25€

 

11 – Un Gewurztraminer à n’en pas douter, équilibré au nez comme en bouche exempt de toute lourdeur, je lui mets un BIEN, +  » à acheter « 

GEW GC Sonnenglanz 2005 de la cave de Beblenheim – 11€

 

12 – Un Pinot Noir maintenant, qui ne casse pas du tout le rythme, je trouve au contraire qu’il arrive à point nommé ! Il s’agit d’un vrai Pinot Noir, pas un de ces rosés de bas étage ! Au nez, notes de fruit rouges et fruits noirs, léger boisé sans plus. En bouche, un excellente surprise, une belle structure, certes la griotte est persistante, tanins fins et longs, la vanille vient l’assouplir, c’est un TRES BIEN +

Cuvée  » P  » (comme Pfingstberg) 2005 de Joseph Gsell – 13€

 

13 – Le prochain est à nouveau blanc, et GEWurztraminer ! Un nez et une bouche complexe et frais, aucune lourdeur, tout tombe sous le sens, c’est d’un évidence confondante, c’est EXCELLENT ! (je le répète, je n’aime pas les sucrettes). Belle Etiquette.

GEW Altenberg de Bergheim 2000 – Gustav Lorentz – 30 €

 

14 – Qu’attendre de plus après ça ? Eh bien un Grains nobles ! Voilà un vin d’une robe profonde, à la belle diffraction des couleurs, au premier nez de fruits confits, au nez d’un grand vin aérien, il n’y a qu’à dire  » oh là là, là là ! « , la messe est dite. Je note EXCELLENT, et pourtant rien à voir avec le précédent !

GEW SGN Fronholtz 1999 – Kirrmann

 

Encore une séance qui donnera l’occasion d’élargir la cave : pas forcément en quantité, mais en diversité de plaisirS ! ! !

Et vous ? Pourquoi diable ratez-vous ces séances de pur plaisir ? Rendez-vous lors des  » coups de cœur  » du Printemps, dans trois mois!

 

 

Cet article, publié dans Degustation Alsace, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s